Le temps n’a pas d’emprise sur un terrain de squash, badminton ou de jorkyball.  Ici, règnent le plaisir et les moments joyeux liés à un bel échange avec ses proches. Ce n’est pas un hasard si ces sports sont très populaire dans de nombreux pays. ils battent en retraite les idées noires, renforcent le cœur, perfectionnent la ligne et offrent un jeu où se mêlent intensité et agilité. Voici un tour d’horizon des bienfaits…

Sports Loisirs
le concept

LE SQUASH : #1…SE DIVERTIR

Se faire plaisir en jouant, tout simplement.

Le squash se joue côte à côte sur la même moitié de terrain que votre adversaire autant dire qu’entre les échanges voire même pendant, on discute, on rigole et on se chambre, bref on s’amuse quoi. Les dimensions réduites du court permettent de frapper la balle facilement et de vite prendre du plaisir en jouant. Laissez place à votre créativité !

#2…AUGMENTEZ VOS CAPACITÉS CARDIO-VASCULAIRES

Améliorer son endurance et son explosivité, pourquoi s’en priver ?!

Le squash est bon pour le cœur puisqu’il stimule la circulation sanguine et renforce le muscle cardiaque ce qui diminue le risque de développer des maladies cardio-vasculaires. Les temps de pause étant rares, vous développez à la fois votre endurance (aérobie) pour tenir le rythme et votre explosivité (anaérobie) afin de répondre à l’intensité des échanges. Ne soyez pas surpris de voir votre capacité respiratoire augmenter.

#3…LIBÉREZ-VOUS DU STRESS

Se défouler et améliorer sa concentration, ça se passe sur un terrain de squash.

Ne vous fiez pas à la petite salle dans laquelle se joue le squash, rien d’angoissant ici bien au contraire, le court offre un espace pour se défouler et oublier le stress. La concentration nécessaire à chaque échange, l’enchaînement des déplacements, la précision des coups, la gestion de l’effort, autant de remèdes à la mauvaise fatigue et qui éloignent efficacement les tracas du quotidien. Place au bien-être psychique !

#4… RENFORCEZ LES MUSCLES ET VOTRE SOUPLESSE

 

Un corps entièrement sollicité pour un sport véritablement complet.

Le squash vous fait travailler les muscles du haut et du bas du corps. Les muscles les plus sollicités sont les ischio-jambiers, les quadriceps et les fessiers avec les déplacements avant, arrière, et en latéral. Pour jouer avec puissance et contrôle, les bras, le dos et les épaules seront, eux aussi, très sollicités. Que vous le pratiquiez en compétition ou en loisir, jouer au squash développe votre souplesse, la vitesse et la coordination des mouvements. Sport complet ?

le badminton: #1…La Physiologie du badminton

Un échange typique comporte une période intense d’environ 7 secondes et d’une phase de repos d’environ 15 secondes, avec un temps effectif de jeu global d’environ 30 %. C’est une activité très exigeante avec une fréquence cardiaque d’environ 90 % de la fréquence maximale et une consommation d’oxygène (VO2) égale à 76 % de la consommation d’oxygène maximale. Ces valeurs sont comparables à celles retrouvés dans le football (soccer) d’après les travaux de Stolen en 2005.

Un match de badminton de 30 minutes ferait dépenser 480 kcal chez le joueur entraîné, soit beaucoup plus que les 300 kcal dépensées dans le même temps par un joueur de tennis.

La durée moyenne d’un match serait de 33 minutes selon l’auteur Cabello et son équipe, avec un temps de travail effectif de 9 minutes. Les périodes augmenteraient cependant avec le niveau du joueur.
Il y aurait entre 90 et 120 échanges par match, dont 97 % dureraient moins de 9 secondes, avec une moyenne de 3 à 6 secondes. Seulement 3 % des échanges dureraient plus de 15 secondes. Ces chiffres mettent en évidence la nature intermittente du badminton.

#2…Aptitudes et facteurs nécessaires

Les actions intermittentes typiques du badminton s’appuient à la fois sur le système aérobie et anaérobie (70 % sur le système aérobie et 30 % sur le système anaérobie).

Les trajectoires atypiques du volant obligent les joueurs à sauter, courir, faire des fentes en avant, effectuer des déplacements brefs et rapides (démarrages, sprints, demi-tours, changements de direction incessants) après avoir pris des informations visuelles précises dans un délai très court.

De nombreuses études ont montré que les facteurs psychologiques jouaient un rôle capital dans les succès et défaites des joueurs de badminton. D’autres études ont montré que la longueur d’un bras avec une raquette était un prérequis essentiel de réussite, tout comme la taille du corps et la flexibilité du poignet. Cette dernière est essentielle pour effectuer des mouvements de la main qui surprennent l’adversaire.

Le badminton fait également partie des disciplines sportives qui requièrent le plus haut niveau de coordination. L’importance vitale de la coordination visuo-motrice, celle de l’orientation spatiale et celle du temps de réaction ont été mises en évidence par les équipes de Wang en 2008 et Yuan en 1995.

Les joueurs sont généralement grands et minces, avec un corps de type ectomorphe adapté aux exigences physiologiques d’un match de badminton.

#3…Bienfaits du badminton

Le badminton développe la coordination, les réflexes, la perception spatiale, la souplesse, l’endurance, l’acuité visuelle et l’équilibre. Il participe au renforcement des muscles fessiers(accélérations) des muscles abdominaux, des muscles dorsaux (réceptions et renvois du volant) et des articulations.

Il améliore l’endurance générale, lutte contre l’obésité (dépense d’environ 500 calories par match), le stress et l’anxiété.

Le docteur Pekka Oja et son équipe ont montré que les sports de raquette étaient les sports qui semblaient avoir le plus fort impact sur la mortalité prématurée. Selon eux, la pratique du badminton s’accompagne d’une diminution ce la mortalité prématurée de 47 % par rapport à la population générale. La natation (-28 %), le fitness (- 37 %) et le cyclisme (- 15 %) sont également recommandés.

Le jorkyball

Le Jorkyball, sport ultra complet créé dans les années 80, connaît un succès grandissant auprès des jeunes adultes masculins. La formule, l’intensité, l’espace et la simplicité sont autant de caractéristiques attrayantes de ce jeu en vogue.

A la croisée du squash et du foot, ce sport tactique a été créé par un certain Gilles Paniez alors qu’il jouait au ballon avec des amis dans son garage. La petite histoire raconte que c’est plutôt en s’amusant avec ses collègues dans l’arrière-boutique de la station service où il travaillait que ce mordu de ballon rond a inventé les règles du Jorkyball.
L’objectif de ce sport très physique ? Se défouler et se détendre en marquant un maximum de buts.
Des règles simples
A mi-chemin entre le sport collectif et le sport individuel, le Jorkyball laisse plus de liberté que le football. Pour vous lancer, pas besoin de monter une équipe à 11 !
Seules deux équipes de deux joueurs comprenant chacune un attaquant et un défenseur (polyvalents) sont nécessaires. Le Jorkyball ou 2X2 Jorkyball se joue avec un petit ballon de foot en feutrine, sur un terrain de 9,80 m sur 4,80 m, divisé en deux parties, avec deux petits buts de chaque côté.
Il emprunte ses règles au foot pour les coups francs et les penaltys, au squash pour les dimensions de la salle et le nombre de joueurs mais aussi, plus surprenant… au billard. Petit clin d’œil au tapis vert, le rebond est utilisé et peut donner lieu à des combinaisons spectaculaires ! On peut en effet s’aider des parois pour faire rebondir la balle et marquer des points. En revanche, le contact avec les autres joueurs est interdit. Pour gagner, il suffit de remporter 3 manches gagnantes de 7 buts chacune.

Squash
en chiffres
1200
m² réservés au Sport Loisir
5
cours de squash
4
terrain de badminton
2
terrains de jorkyball